Yoga, arts martiaux et préjugés - Réflexion | Be your dream

Yoga et arts martiaux

Yoga ou arts martiaux ? Et pourquoi pas les deux...

L’autre jour un homme passait devant notre studio et laissa échapper le commentaire suivant :

« Comment peut-on mélanger le Yoga et les arts martiaux, c’est n’importe quoi ! »

Comme ce n’est pas la première fois que j’entends cette remarque, et d’autres encore, j’ai décidé d’écrire cet article pour faire une petite mise au point sur ce type de préjugés.

Tout d’abord, nous ne mélangeons pas les deux et les cours sont distincts les uns des autres.

Ensuite, il faut savoir que j’ai une idée très précise de l’orientation que je donne à mes cours.

Nous pratiquons un art martial qui a notamment pour vocation de nous aider à :

N’est-ce pas ce que propose aussi le Yoga ?

Si l’art martial était avant tout un art destiné au guerrier qui devait apprendre à se défendre et à tuer, il en est tout autre aujourd’hui pour de nombreuses disciplines comme le Freeway ou le Iaido.

Un art comporte une philosophie. La nôtre est la non-violence et la paix.

Un travail a un but. Le nôtre est d’affronter notre principal adversaire : nous-même.

Un pratiquant a un souhait. Nous lui proposons de cultiver notamment humilité et bonté.

Nos principales valeurs sont donc :

 

L'exemple du Iaido

Prenons l’exemple du Iaido, l’art du sabre japonais. L’idée est qu’à chaque coupe, nous coupons une tranche de notre ego qui se réduit ainsi au fil de la pratique.

Il en est de même pour le Freeway. Nous n’apprenons pas un ensemble de techniques tout comme le yogi n’apprend pas à maîtriser ses Asanas pour frimer et gonfler son ego. Notre pratique est avant tout une préparation pour trouver la paix intérieure et la liberté.

Puisqu’il s’agit d’un art martial et non d’un sport de combat, nous ne pratiquons pas la compétition qui serait à mon sens contre-productive pour faire diminuer l’influence négative de notre ego.

De même, inclure la compétition dans le Yoga est à mon avis une erreur.

Du point de vue de la self defense, notre objectif n’est pas de détruire un adversaire mais de trouver une solution ni violente ni brutale à ce conflit.

Nous ne voulons pas développer notre force pour être aussi fort que Superman ou notre agressivité pour devenir un guerrier. Nous travaillons plutôt et principalement sur la diminution de notre ego et sur notre souplesse corporelle et mentale, dans le but de transformer notre attitude, nos comportements, notre vision du monde et des autres en dépassant nos limites et nos peurs, en abandonnant nos préjugés et en ouvrant notre cœur, doucement mais surement…

N’est-ce pas là encore ce que propose le Yoga ?...

Tout comme dans le Yoga, nous ne cherchons pas des clients, des consommateurs qui surfent sur les tendances mais des pratiquants, des élèves qui veulent changer, progresser, évoluer…

Pour pratiquez les arts martiaux japonais depuis plus de 20 ans, j’ai une idée précise et un très profond respect pour le lieu de pratique. Qu’on l’appelle studio de Yoga ou Dojo d’arts martiaux, ce lieu est pour moi le même. Il permet au pratiquant de se couper du monde extérieur le temps d’une séance et d’accéder à son temple intérieur.

Il est régi par des règles que nous appelons étiquette et tout n’est pas permis, loin de là…

Chaque pratiquant est donc invité à le respecter comme sa propre demeure et à participer à son bon fonctionnement si tel est son désir. En effet, les principes du Karma Yoga existent aussi dans un Dojo…

Enfin, le fait que je suis un étranger n’est pas neutre et j’ai bien entendu reçu d’une manière ou d’une autre des commentaires à ce sujet.

Cet état de fait ne doit pas être un frein à notre rencontre. Bien entendu vous avez une idée préconçue de ce qu’est un français et les clichés ne manquent pas. Vous avez même peut-être déjà eu de vrais contacts avec mes compatriotes et vous avez ainsi renforcé vos croyances.

Mais tout comme nos croyances nous sommes faits pour changer ! Nous sommes différents, tout comme notre culture et notre mentalité, et c’est une très bonne chose !!!

En effet, voici ce que dis un autre français, Antoine de Saint Exupéry :

« Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m'enrichis. »

Alors pourquoi ne pas profiter de l’opportunité qui nous est offerte pour nous enrichir mutuellement ?...

Cher lecteur, cher pratiquant, j’espère vous voir bientôt dans notre studio pour une séance de Yoga ou de Freeway, car peu importe le véhicule puisque nous allons dans la même direction

Bien cordialement,

Laurent

Jeudi 25 octobre 2012

Imprimer